HISTOIRE ET PATRIMOINE

Un promeneur qui découvre notre ville ne manque pas d’être surpris à la vue de l’ancre de marine qui ouvre la perspective des allées Babaud de La Chaussade face à l’entrée de la cour d’honneur du château du même nom. Que fait cet objet dans une cité située à plus de 500 kilomètres de nos côtes ? L’étonnement éveille la curiosité et c’est toujours avec force détails et une certaine fierté que nous dévoilons l’histoire étonnante de Guérigny.

  • Présentation succincte la ville :

Chef-lieu de canton de 2500 habitants, Guérigny fait partie de la Communauté de Commune des Bertranges (du nom de la forêt des Bertranges l’une des plus belles chênaies de France, connue mondialement pour ses merrains (bois de chêne servant à la tonnellerie), au coeur d’un massif forestier de 10.000 hectares.
La superficie de la ville est petite : 7,3 km2 seulement. Elle est limitrophe aux communes de Parignyles-Vaux, Poiseux, Balleray et Urzy.

 

  • Histoire de Guérigny :

L’histoire de Guérigny est étroitement liée à la métallurgie. La première implantation de forges a été réalisée par Arnault de Lange, après l'acquisition de la terre de Guérigny en 1638 où fut construite la première grosse forge en 1642.
Elle est également intimement liée à celle de Pierre Babaud de la Chaussade (1706-1792). Profitant des ressources naturelles environnantes, principalement le minerai de fer, les forêts de chênes et de nombreux cours d'eau, celui-ci implante et développe les Forges Royales.
On doit à Pierre Babaud de la Chaussade notamment la reconstruction du centre bourg de Guérigny, à son emplacement actuel autour de son château du même nom, les zones industrielles, ainsi que le site des Allées, l’église Saint Pierre (consacrée en 1767) avec sa place. Pendant plus de deux cent cinquante ans, l’urbanisme de la cité continuera de se développer autour des bâtiments qu’il avait installés.
Héritières d’une longue tradition métallurgique, les Forges de la Chaussade constituaient au XVIIIème siècle l’une des manufactures les plus importantes de France. Elles furent achetées par le roi Louis XVI en 1781. Spécialisé dans la fabrication de pièces pour la marine, l’établissement a poursuivi son activité à Guérigny jusqu’en 1971 en qualité de Forges Nationales de la Marine.
Les bâtiments du site du Vieux Guérigny, classés ou inscrits à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques depuis 2002, font l’objet d’importants travaux de restauration menés par la ville de Guérigny et l’association « Les Amis du Vieux Guérigny » sauvant ainsi de la ruine des bâtiments industriels chargés d’histoire tout en rendant un hommage particulier aux ouvriers du fer qui ont travaillé en ces lieux au service de la marine.
Une des fiertés des forges de Guérigny est d’avoir fabriqué, par « moulerie », les ancres du paquebot « France ». Elles furent également le plus important fournisseur des pièces de fer pour la marine de guerre française telles que les ancres, colliers de mâts, plaques de blindage, et joua un rôle déterminant dans la guerre d’indépendance des Etats-Unis d’Amérique en 1781.

 

  • Le Château de la Chaussade

Construit entre 1743 et 1746, il s’étend aujourd’hui sur un site de 5,5 hectares dont un parc de 2 hectares. Il est constitué d’une vingtaine de corps de bâtiments d’une surface de plancher totale de 8000 m2 environ. La longueur développée de ses façades est de 1540m soit l’équivalent du château de Versailles d’où son nom de « Petit Versailles ». Le site se prolonge dans l’axe de sa cour d’honneur par les grandes allées d’une longueur d’1 kilomètre bordées de 400 arbres. Les fonctions du château ont évolué au cours des siècles : logements et annexes, siège d’un fief, siège d’un établissement métallurgique jusqu’en 1971 puis occupé jusqu’en 2002 par la MGEN.


En 2020, la Ville de Guérigny entreprend d’acquérir en totalité le château de la Chaussade et son parc pour y développer un projet d’aménagement.

Les cartes postales proviennent de collections privées.