GEORGES CLEMENCEAU
Cérémonies du 11 novembre

QUI ÉTAIT GEORGES CLEMENCEAU ?

Georges Clemenceau est né le 28 septembre 1841 à Mouilleron-en-Pareds (Vendée). Issu d’une vieille famille républicaine, fils d’un médecin, farouchement opposé à l’empire. Georges Clemenceau fit des études de médecine et obtint son doctorat en 1865.
Après la défaite de Sedan le 02 septembre 1870, il est nommé maire de Montmartre. Il sera élu à cette fonction le 5 novembre 1870. En 1871, il est élu député de Paris, démissionne puis est élu conseiller municipal de Clignancourt le 30 juillet 1871, le 29 novembre 1875, il est élu président du Conseil municipal.
Réélu député à Paris en 1876, puis dans le Var en 1885, il s’oppose à la politique coloniale de Jules Ferry, celui-ci démissionnera. Ayant déjà fait tomber le ministère de Gambetta, il gagne alors le surnom de « tombeur de ministères »
Suite au scandale du canal de Panama, il perd son siège en 1893. Il se tourne alors vers le journaliste et c’est en qualité d’éditorialiste à l’Aurore qu’il publie en 1898 le célèbre « J’accuse » d’Emile Zola.
1902 marque son retour en politique en qualité de sénateur du Var, il défendit avec ferveur la loi de séparation entre l’Eglise et l’Etat. Quatre ans plus tard, il devient ministre de l’Intérieur et Président du Conseil (1906 à 1909). Il dirigera l’un des plus longs ministères de la IIIe République.
Après son départ du gouvernement, Clemenceau passa dans l’opposition, il fonda en 1913 un nouveau journal « L’homme libre » qu’il renomma « L’Homme enchainé » en 1914.
La guerre s’éternisant, en novembre 1917, Raymond Poincaré l’appela à la tête du gouvernement. Georges Clemenceau chercha à remonter le moral des troupes en rendant visite aux soldats dans les tranchées. Celui qui, à son arrivée au pouvoir déclarait « je fais la guerre » devint après l’armistice, aux yeux des Français, le « Père la Victoire ».
Trois jours après la signature de l’armistice, le 21 novembre 1918, il est élu à l’Académie française
Principal négociateur du traité de Versailles, il restera à la tête du gouvernement jusqu’en 1920, année où il se présenta à la présidence de la République, battu par Paul Deschanel il se retira de la vie politique.
Il passa les dernières années de sa vie à écrire (« Démosthène » en 1925, « Aux sources de la pensée vive » en 1926…). Georges Clemenceau mourut à Paris le 24 novembre 1929, il avait 88 ans.


LES CÉRÉMONIES DU 11 NOVEMBRE 2017