Lyre Guérignoise

Née en 1883, et malgré ses 120 ans, elle n’en conserve pas moins une âme jeune et dynamique.

Historique

Le 9 mai 1880, le conseil municipal sur proposition du maire, Jacques GRENIER, vote une subvention de 100 francs pour permettre la création dune fanfare qui est constituée en 1883 d’une cinquantaine de musiciens sous la direction de Monsieur Pierre FLEURY. Elle participe à toutes les fêtes locales et défile en tête des cortéges officiels. Elle a bientôt un tel renom qu’elle anime non seulement les manifestations de Guérigny, mais celles des communes voisines qui sollicitent son concours.

En 1886, le conseil vote une subvention de 20 francs pour permettre à la fanfare de recevoir dignement la musique de Pougues-les-Eaux.

Devant un tel succès, en 1908, la municipalité, sous l’égide de Charles DARIAUX, Président de la fanfare, élu maire en 1904, fait édifier sous les petites allées un kiosque à musique où la formation donne des concerts réputés. Elle prendra le 28 mars 1933, le nom de « LYRE GUERIGNOISE ».

Elle multiplie ses prestations, organise des séances musicales dans les quartiers, elle participe aux concours régionaux et interrégionaux où elle se taille un beau succès (à Vichy avant la guerre de 1914 et au festival de La Charité le 22juillet l937où est exécuté un pas redoublé intitulé "Salut à Guérigny"). Elle remporte un véritable triomphe au festival du 16 juin 1963 où elle se produit avec neuf’ autres sociétés de musique.

Les chefs se succèdent. Plusieurs ont composé spécialement pour la Lyre.

Après la grande guerre qui l’avait mise en sommeil, elle retrouve tout son prestige. La population est fière de sa musique, légitimement, et les musiciens sont également fiers d’appartenir à la grande famille de la Lyre. Son doyen, Jean Valentin LABOLLE y fit ses débuts en 1907 à 13 ans pour ne la quitter qu’à 77 ans. Il y fut sous-chef durant de longues années, professeur de solfège. Il se vit décerner le 26 novembre 1950, jour de Sainte Cécile, patronne des musiciens, la médaille de la fédération musicale de France et les palmes académiques le 15 octobre 1953 pour services rendus à l’art musical populaire.

Suite au départ de plusieurs de ses membres lors de la fermeture de I’E.C.A.N., en 1971, elle cesse toutes ses activités, qu’elle retrouvera petit à petit, grâce à la ténacité de madame Léone Corbier, maire, et de monsieur Lucien LABOLLE, premier adjoint, fils de Jean Valentin LABOLLE, d’une part et de quelques musiciens demeurés sur place et attristés par leur inaction.

La municipalité vote des crédits pour l’achat de nouveaux instruments, des tenues pour les exécutants, elle attribue un local pour les répétitions et à partir de 1983, Guérigny peut à nouveau s’enorgueillir d’avoir une fanfare réputée.

Des musiciens compétents, dévoués forment des jeunes et les habitants peuvent à nouveau être tiers de leur "musique" qui les entraîne lors des manifestations officielles, commémorations et autres, mais surtout qui les distrait, les charme et les régale par ses concerts très éclectiques pour les fêtes des mères ou de la sainte Cécile.

La réputation de "la Lyre Guérignoise" n’est plus à faire et de nombreuses communes du département ou des départements voisins sollicitent son concours.

Extrait du livre « La grande histoire de Guérigny »

Remise du Soubassophone par Christian PAUL, Député de la Nièvre, 1er Vice Président du Conseil régional de Bourgogne

Concert de Fête des Mères : Samedi 24 mai 2014

L’affiche du concert